La Russie et la Géorgie ont accepté de couloir « ouvert » en Arménie

10 juillet 2017

Des représentants de Moscou et Tbilissi ont convenu de procéder avec le contrat signé en 2011. « Sur les corridors commerciaux » entre la Russie et la Géorgie sur les anciennes autonomies géorgiennes – l’Abkhazie et l’Ossétie du Sud.

Cela est devenu connu après les discussions en sous-ministre des Affaires étrangères Prague GBKarassine et le représentant spécial du Premier ministre géorgien, Zourab Ambassadeur Abashidze.

Selon « Kommersant », Zurab Abashidze et GBKarassine ont convenu de mener des consultations sur la mise en œuvre des accords de 2011 et de passer à l’enregistrement du contrat avec la société suisse SGS, qui surveillera la circulation des marchandises et des marchandises en provenance de Russie à la Géorgie et à travers les « corridors commerciaux » sur le territoire de l’Abkhazie et l’Ossétie du Sud.

Pour ce faire, dans le groupe de travail russo-géorgien-suisse tripartite avenir proche sur la mise en œuvre de l’accord sera formé. Ce fut après les longues heures de discussions dans la capitale de la République tchèque a déclaré l’ambassadeur Abashidze. « Nous avons convenu que les consultations sur cette question ne sera plus: il est temps d’aller à la conception des accords concrets, » – a déclaré M. Abashidze.

« En principe, la compréhension de la façon d’agir, accompli » – a confirmé TASS ministre adjoint des Affaires étrangères. La réunion a également examiné le développement global des relations bilatérales, y compris la coopération en matière de transport, contacts humanitaires et d’affaires. « Le commerce au cours des cinq premiers mois de cette année a montré une augmentation de 40% par rapport à la même période l’an dernier.

Les exportations géorgiennes vers la Russie ont augmenté de 3,3 fois, – a déclaré M. Karasin.- Nous sommes le deuxième plus grand partenaire commercial de la Géorgie et le premier partenaire en termes d’importations de produits géorgiens. Nous ne voulons pas arrêter là: en Octobre, il est prévu le deuxième forum d’affaires avec la participation de la Chambre de commerce Fédération de Russie “.

Rappel, un accord préliminaire pour accélérer les travaux sur le signé en 2011 un accord a été conclu lors de la réunion précédente à Prague en Février. Tel est le « Accord entre le Gouvernement de la Fédération de Russie et le gouvernement de la Géorgie sur les principes de base du mécanisme d’administration et le contrôle douanier de commerce des marchandises » du 9 Novembre 2011. Le contrat a été émis à la suite de négociations difficiles sur l’adhésion de la Russie à l’OMC:

après une rencontre avec le président américain Barack Obama en vigueur au moment du Président de la Géorgie Mikheil Saakashvili a pris un droit de veto sur l’adhésion de la Russie à l’organisation – mais seulement à condition que sur le territoire de l’Abkhazie et l’Ossétie du Sud seront « corridors commerciaux » de la Russie à la Géorgie, et d’inviter international intermédiaires, qui contrôle les flux de marchandises et de les étiqueter.

Et cette volonté société SGS. Selon le représentant spécial du premier ministre géorgien, il est de discuter avec M. Karassine contrats de termes (chaque pays – séparément) avec SGS, dont les membres se tenir debout sur les deux côtés des « corridors commerciaux » pour surveiller la circulation des marchandises.

Jusqu’à présent, la transition vers la mise en œuvre pratique de l’accord a été entravée par le fait que Moscou et Tbilissi ne pouvaient pas se mettre d’accord si les représentants de l’Abkhazie et de l’Ossétie du Sud participent directement au processus.

Soukhoumi et Tskhinvali, à son tour, a menacé à plusieurs reprises de passer à l’échec des marchandises par des « corridors », si elles ne sont pas membres à part entière de l’accord – mais cette option ne convient pas à Tbilissi. A la question « Kommersant » a refusé si la Russie l’idée de se connecter à des négociations et « accord technique » de l’Abkhazie et de l’Ossétie du Sud Zurab Abashidze a répondu diplomatiquement: « Nous sommes avec mon collègue a confirmé que l’accord en 2011 conclu entre les deux pays – la Russie et la Géorgie, et le troisième un parti ne peut devenir la Suisse ».

Il est rapporté que Moscou a jusqu’à présent refusé de signer le contrat avec SGS non seulement en raison de la position de l’Abkhazie et de l’Ossétie du Sud, mais aussi pour une seconde, non moins importante raison: conçue en 2011, le document prévoit que les employés « présence physique » d’un tiers des sociétés de pays sur les frontières la Fédération de Russie et de l’Abkhazie (point de contrôle « Psou ») et l’Ossétie du Sud (PPC « Lower Zaramag »), où les étrangers seront en mesure de surveiller tout mouvement, y compris le fret militaire.

À son tour, M. Karassine a déclaré TASS que Moscou attend encore de Tbilissi « ont longtemps demandé des explications sur la partie russe dédouanement des marchandises sur le territoire géorgien. »

Dans la veille des pourparlers à Prague KGB de l’Ossétie du Sud définir une bannière avec les mots « État des frontières de la République d’Ossétie du Sud » à 450 mètres de l’importance stratégique autoroute Caucase du Sud Tbilissi-Koutaïssi, Poti, provoquant ainsi une forte augmentation des déclarations antirusses par les responsables géorgiens, mais l’action n’a pas conduit à la rupture d’une rencontre entre les diplomates des deux pays.

« Encore une fois il y avait des explosions émotionnelles à la frontière avec l’Ossétie du Sud. Mais nous sommes habitués à cela, de sorte qu’une attitude constructive », – a commenté l’incident Tass GBKarassine.

ORIGINES SOURCE –newshay.com/rossiya-i-gruziya-dogovorilis-prorubit-koridor-v-armeniyu/

115 Total Views 1 Views Today

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*